Lire pour vivre

Les livres marquent la vie d’un homme dès son enfance encore, du moment où l’on a des rêves fantasmagoriques et les héros de leurs contenus deviennent des exemples à suivre. Il y a un grand nombre d’histoires et de contenus qui sont captivants dès leurs premières pages, qui nous transforment et nous déterminent de vivre leur vie et d’avoir leurs idées et qui, finalement, produisent des émotions fortes et spéciales. Cet état de captivité magique et d’incarnation hypnotisée nous donne la possibilité de se transposer dans un parallélisme illusoire et incroyable des vies des protagonistes.

Dans plusieurs discutions avec différentes personnes on remarque souvent une prédilection particulière pour la lecture et, dans les cas les plus fréquents, il s’agit d’un intérêt massif  et d’une implication fondamentale dans les divers processus de vie de la société.

La lecture est déterminée encore par les nécessités de connaître et apprendre, d’être informé ou, simplement, de passer son temps libre d’une manière élégante. Certains considèrent que la lecture est une méthode effective d’éviter le stress. La lecture d’un roman intéressant nous permet de se réjouir d’une ambiance formidable et d’oublier les problèmes quotidiens. On a même inventé une modalité d’éviter la dépression par la biblio-thérapie. Mais, ce n’est pas l’unique bénéfice de la lecture. Ce qu’on vient de constater c’est justement l’élément de fortification de la mémoire au fur et à mesure qu’on réalise la lecture des histoires des vies des héros  et des personnages. La lecture quotidienne nous aide à nous concentrer sur les objectifs identifiés.

Chaque livre lu nous transpose probablement dans une autre dimension de temps, dans une réalité alternative, fait qui nous aide à fortifier aussi notre imagination  et, involontairement,  on apprend à construire des images et des scènes des livres, ayant en même temps la capacité mentale de les voir comme réelles. Cela nous aide encore à comprendre facilement le style de vie de certains personnages, d’être plus sensibles à leurs problèmes et nous montre d’une manière convaincante de bons exemples de relations de qualité entre nos proches et en général entre tous les hommes.

La procédure de formation d’un lecteur d’une manière adéquate suppose une forme maximale de compréhension du texte, d’inoculation d’une attitude soucieuse face au sujet choisi. La fortification du culte pour la lecture et les habiletés de travailler avec les livres est un acte responsable et complexe  qui inclut la compréhension profonde des contenus lus.

La formation et l’éducation du sentiment pour la lecture se produise durant les années, dans les classes primaires encore et devient ensuite un processus continu dans l’activité des gymnases, des lycées, des universités et même des académies. Ce processus suppose inévitablement l’implication plénière du bibliothécaire et le fixe sur la première ligne dans cette activité assidue et minutieuse. Ce rôle est d’une importance majeure que le bibliothécaire doit jouer chaque jour infatigablement avec témérité et ingéniosité et en particulier avec chaque lecteur.

La bibliothèque est l’endroit de la spiritualité humaine  où le philosophe a vu les muets parlant et les morts vivant, où les livres, indubitables valeurs de la création humaine, retrouvent leur résidence éternelle. C’est le lieu du pylône sur lequel on construit le temple principal de la fortification de l’intérêt pour la lecture.

Le bibliothécaire est justement le templier qui va découvrir et identifier les méthodes les plus efficaces à utiliser en ce sens et qui seraient les plus acceptées et agrées par les lecteurs et lui-même. L’efficacité des actions de déterminer les hommes à aimer les livres et fréquenter la bibliothèque est visible quand on utilise toutes les ressources intellectuelles des managers de ces institutions. Les actions d’attirer les bénéficiaires à la bibliothèque supposent plusieurs services et initiatives d’implication. L’endroit  de la bibliothèque doit être attractif où il u aurait des affiches et des panneaux de tous les événements culturels et des services réalisés et prestés. Les étagères et les rayons bien aménagés et organisés avec toutes les publications exposées, facilement à identifier, peuvent aider d’une manière excellente à réaliser les objectifs fixés et motiver la curiosité et l’intérêt de ceux qui viennent à la bibliothèque. L’aspect esthétique  de l’endroit avec des rayons bien arrangés d’une manière non traditionnelle et inhabituelle, confortable et vivement coloré est fortement important et contribue à la formation et à la fortification évidente de l’image de la bibliothèque. Le premier contact  d’un nouvel utilisateur avec la bibliothèque  est fortement important, puisque cela contribue à sa formation comme lecteur et consommateur des services. L’acte de connaître très bien la bibliothèque, les règles d’utiliser le fond des livres, les modalités d’accès libre aux rayons, les nouvelles technologies implémentées contribueraient à l’amélioration et à la fortification des connaissances nécessaires et nouvelles en ce sens et, indiscutablement, à la diversification des impressions et à l’implication directe et massive dans l’activité de la bibliothèque. Les diverses formes  et méthodes de promotion  de la lecture et de la bibliothèque ne sont pas une simple  et élémentaire obligation, elles sont utilisées, déterminées et motivées par la condition de la nécessité vitale et, évidemment, en concordance parfaite avec l’implication téméraire et le professionnalisme.

Les techniques de promotion de la bibliothèque sont multiples et diverses. A remarquer, en ce sens, l’organisation des expositions thématiques ou d’auteur, les nouveaux titres des livres et les citations sensibilisantes, ouvrages illustrés etc. Les listes bibliographiques de recommandation des livres par sujets ou intérêts et récemment procurés sont aussi très importantes.

Une série de discussions / débats sur les livres proposés par l’intermédiaire des programmes  et projets de promotion de la lecture et des personnalités du domaine littéraire ont eu une contribution sensible et directe au développement de la culture et à la fortification de la condition de l’intelligence des hommes. Un projet-concours de lecture à titre « La bataille des livres », destiné à stimuler la lecture pour les enfants et les adolescents a été réalisé avec succès à la bibliothèque « B.P. Hasdeu » en partenariat avec la Bibliothèque « Octavian Goga » du judets Cluj. Les livres proposés dans ce programme, qui sont destinés aux enfants par catégorie d’âge, stimulent la lecture et promeuvent d’une manière excellente la valeur des livres. Le but du projet est d’aider les enfants d’acquérir une série de compétences, telles comme la capacité de formuler des opinions, arguments écrits et oraux.

Le programme de lecture « Chisinau lit » est aussi une modalité de fortification culturelle et culturelle qui oriente le lecteur vers les valeurs artistiques autochtones. Ce programme propose l’éducation de la culture pour la population de la capitale qui a la possibilité de participer aux présentations des livres, aux rencontres avec les écrivains pour discuter avec les auteurs des livres proposés pour chaque année et plusieurs catégories de lecteurs : enfants, adolescents et adultes.

Les activités indispensables pour captiver le public et stimuler l’intérêt pour la lecture sont les heures de lecture, la lecture en commun, la lecture à haute voix, qui motivent les utilisateurs de consommer la littérature de qualité. Pour ceux curieux ça constitue encore une belle occasion de participer aux clubs de lecture, aux rencontres avec les écrivains et aux lancements des livres de ceux-ci. Dans ce cadre on peut connaître les auteurs préférés « live », leur biographie, l’œuvre et les muses qui les inspirent. On peut y avoir aussi les réponses aux plusieurs questions qui visent les secrets du métier d’écrivain.

La lecture en but littéraire est une modalité d’attirer le lecteur dans la bibliothèque par la création de certains clubs de lecture pour les jeunes, mais aussi pour les personnes plus âgées. Dans ce contexte, dans le cadre de la bibliothèque « Stefan cel Mare » il existe deux clubs. L’un des clubs « Perdu parmi les livres » est sous la baguette  de l’écrivain Nicolae Spataru et l’autre « Le trolleybus 30 » a en sa tête le jeune poète Artur Cojocaru. Les deux poètes sont aussi engagés de la bibliothèque en qualité de bibliothécaires.  Ces deux clubs de lecture sont l’âme de la bibliothèque. On peut y découvrir le plaisir de la lecture comme révélation qui nous captive  et nous produit le sentiment de passion pour l’art de la lecture. Les lecteurs, è ces rencontres, en commun avec les invités d’honneur, écrivains et hommes d’art, produisent des discutions/débats, actions imaginaires, transposition dans des personnages et atmosphères des romans, idées et sentiments inédits. On y expose aussi leurs idées, expériences et connaissances. Cette modalité de contacter un livre intéressant et un excellent échange d’idées suscitent les profondeurs intellectuelles du lecteur. Ces clubs sont fortement utiles pour ceux qui connaissent déjà le contenu du livre discuté, mais aussi qui n’ont pas la moindre idée en ce sens, autrement dit qui ne connaissent pas les contenus des livres proposés pour être discuter. Dans le cadre des activités de ces deux clubs on peut fortifier  ses capacités intellectuelles d’analyse et synthèse.

Une autre modalité efficiente de promouvoir  le livre et la lecture est le Jour International de la Lecture Commune que les bibliothécaires explorent au maximum. Les multiples activités réalisées, expressément avec les lecteurs les plus jeunes, sont organisées en vue de déterminer et susciter, dès leur enfance, l’amour  pour la lecture. Dizaines de contes thérapeutiques, didactiques lues ensemble offrent aux enfants beaucoup de choses à apprendre et à les utiliser ultérieurement dans leur vie. Les jardins d’enfants et les écoles en voisinage immédiat de la bibliothèque ont fortement augmenté le nombre d’enfants qui ont commencé à aimer la lecture, y compris à haute voix et à comprendre  son rôle et importance.

En ce sens, les moments inoubliables .passés ensemble avec les petits lecteurs dans la bibliothèque et la réalisation des buts et intentions des grands d’offrir aux enfants ont contribué essentiellement  à la fortification de l’image du bibliothécaire.  Au moment où l’on voit les yeux curieux et intrigués des enfants fixés sur toi, on a le sentiment de satisfaction inexprimable et le grand désir de les accompagner dans le monde des princesses et des héros préférés. L’objectif principal de ces actes d’intervention bénéfique est de promouvoir les connaissances via les livres et leurs volumes pleins de contes et protagonistes féériques. Les contes incus dans le livre de Jana Grecu « En visite chez l’ourson Marmi » ont été les plus désirées. Cela se produit probablement  sous les effets de la multitude d’éléments présents dans les contenus, qui ont un caractère thérapeutique et éducatif et qui marque par leur abondance significative, avec beaucoup d’information utile et nécessaire pour la vie. Ces informations aident les enfants dans leurs activités à dépasser le sentiment de crainte ou les désirs parfois exagérés, la dépendance de l’ordinateur, à être forts dans les situations délicates ou dangereuses, à éviter l’indifférence, à avoir du respect pour ses parents et ses proches et, en général, à aimer tos les hommes. En plus, elles les aident à réaliser la galerie énorme de belles choses de leur vie et peuvent les rendre heureux réellement.

Un vrai succès est fixé dans la promotion  de la lecture par l’intermédiaire des spectacles montés sur la base des contes. Le projet « Re-entendons le conte! », lancé par la Bibliothèque Municipale « B.P. Hasdeu », en partenariat avec les acteurs du théâtre « Guguta », a heureusement démarré des activités de ce genre. Le montage continu de ces spectacles et théâtres de marionnettes sont extraordinaires et utiles, puisque les marionnettes sot confectionnées  par les enfants dans la bibliothèque, dans le cadre du service »La maison des contes ». La culture de la lecture et la prédilection pour la lecture se forme durant le temps et reste pour toute la vie, en nous aidant à avoir plusieurs succès.

Lilia Canțîr, chef de service